Publié le

Le jour où nous avons pris l’apéritif avec le Père-Noël

Barbe parfaitement taillée, pantalon chino slim serré aux chevilles mettant en valeur des baskets issues du commerce équitable, c’est un Père Noël hipster, bien dans son époque, qui nous accueille dans sa coquette chaumière lapone. 

Saucisson Magazine : Bonjour Père Noël, merci de nous recevoir. Notre première question est simple : Le Père Noël prend-il l’apéritif ?
Père Noël : Oui ! Je suis un bon vivant et je crois que ça se voit ! (Il soupèse son ventre rond). J’aime les bons produits, les vins de petits producteurs, les charcuteries artisanales. Et ce n’est pas forcément plus cher quand c’est direct producteur. Je ne suis pas comme le Père Fouettard qui se gave à outrance de produits industriels dont on ne connaît pas la provenance.
Et bien sûr, pas une goutte le 24 au soir ! Boire ou conduire le traîneau, il faut choisir ! Et si Rudolph mon renne a le nez rouge, ce n’est pas parce qu’il a bu un coup de trop (Rires) ! (Il donne une tape amicale à son renne qui éclate de rire à son tour).

Saucisson Magazine : On vous appelle également Saint-Nicolas et vous êtes une star dans l’Est et dans le Nord de la France. Ce sont des régions brassicoles, vous aimez la bière à l’apéro ?
Père Noël : Oh oh oh (comme le fait si bien le Père Noël), l’Est et moi, c’est une longue histoire. Autant vous dire que je ne suis pas né de la dernière pinte. Au XIIe siècle, un chevalier lorrain de retour de croisade importe mon culte en France, notamment en Alsace, à Metz, à Nancy… mais aussi plus au Nord, dans les Flandres. Sans me la raconter, j’avais déjà plusieurs miracles à mon palmarès, notamment la résurrection de trois enfants tués par un boucher, une sale affaire…

J’ai écumé à travers les siècles de nombreuses micro-brasseries de la région. Déformation professionnelle sans doute, j’affectionne particulièrement les bières de Noël avec leurs notes d’agrumes et d’épices. La « PERLE NOËL » que vous avez à la FFA est un classique du genre et je suis très touché par l’hommage.

Saucisson Magazine : On vous associe à la marque Coca-Cola. Le Père-Noël boit-il du Coca à l’apéro ?!
Père Noël : J’en ai marre de cette image qui me colle à la peau ! (Visiblement piqué au vif par notre question, il tire une longue bouffée sur sa cigarette électronique et s’enveloppe d’un épais nuage de vapeur). Contrairement aux idées reçues, mon image moderne n’a pas été créée par Coca-Cola lors de la célèbre campagne publicitaire de 1931. Dès 1823, un pasteur américain, Clement Clarke Moore, me décrit sous ma forme actuelle dans son conte « La nuit avant Noël » : la barbe blanche, le traîneau tiré par des rennes, la descente périlleuse par le conduit de la cheminée, c’est lui. Et je suis déjà représenté avec mon manteau rouge dès la fin du XIXe siècle !
(Il s’emporte) Alors oui, j’ai fait quelques photos pour Coca, je ne vais pas non plus m’en excuser pendant 1000 ans ! Rassurez-vous, je préfère largement un verre de Côtes-du-rhône à un verre de Coca !

Saucisson Magazine : Nous tenions à vous faire un cadeau : le Kit du membre officiel de la FFA. On vous fait souvent des cadeaux ?
(Visiblement ému). Jamais… On dit souvent que les cordonniers sont les plus mal chaussés…  Hélas, le Père Noël n’a pas de Père Noël…
Les yeux embués, le Père Noël ouvre le Kit du membre officiel. Il découvre le saucisson d’Ardèche, les sous-bocks, le sac FFA, les autocollants et la fameuse carte de membre personnalisable.
Il nous ressert un verre, reprend ses esprits et lance, tonitruant : Joyeux apéritif et Joyeux Noël à tous les lecteurs de ‘’Saucisson Magazine’’ !

Pour suivre l’actualité brûlante de l’apéritif, abonnez à « SAUCISSON MAGAZINE », la newsletter de qualité de la FFA.