Publié le

Le jour où nous avons pris l’apéritif avec le Père-Noël

Barbe parfaitement taillée, pantalon chino slim serré aux chevilles mettant en valeur des baskets issues du commerce équitable, c’est un Père Noël hipster, bien dans son époque, qui nous accueille dans sa coquette chaumière lapone. 

Saucisson Magazine : Bonjour Père Noël, merci de nous recevoir. Notre première question est simple : Le Père Noël prend-il l’apéritif ?
Père Noël : Oui ! Je suis un bon vivant et je crois que ça se voit ! (Il soupèse son ventre rond). J’aime les bons produits, les vins de petits producteurs, les charcuteries artisanales. Et ce n’est pas forcément plus cher quand c’est direct producteur. Je ne suis pas comme le Père Fouettard qui se gave à outrance de produits industriels dont on ne connaît pas la provenance.
Et bien sûr, pas une goutte le 24 au soir ! Boire ou conduire le traîneau, il faut choisir ! Et si Rudolph mon renne a le nez rouge, ce n’est pas parce qu’il a bu un coup de trop (Rires) ! (Il donne une tape amicale à son renne qui éclate de rire à son tour).

Saucisson Magazine : On vous appelle également Saint-Nicolas et vous êtes une star dans l’Est et dans le Nord de la France. Ce sont des régions brassicoles, vous aimez la bière à l’apéro ?
Père Noël : Oh oh oh (comme le fait si bien le Père Noël), l’Est et moi, c’est une longue histoire. Autant vous dire que je ne suis pas né de la dernière pinte. Au XIIe siècle, un chevalier lorrain de retour de croisade importe mon culte en France, notamment en Alsace, à Metz, à Nancy… mais aussi plus au Nord, dans les Flandres. Sans me la raconter, j’avais déjà plusieurs miracles à mon palmarès, notamment la résurrection de trois enfants tués par un boucher, une sale affaire…

J’ai écumé à travers les siècles de nombreuses micro-brasseries de la région. Déformation professionnelle sans doute, j’affectionne particulièrement les bières de Noël avec leurs notes d’agrumes et d’épices. La « PERLE NOËL » que vous avez à la FFA est un classique du genre et je suis très touché par l’hommage.

Saucisson Magazine : On vous associe à la marque Coca-Cola. Le Père-Noël boit-il du Coca à l’apéro ?!
Père Noël : J’en ai marre de cette image qui me colle à la peau ! (Visiblement piqué au vif par notre question, il tire une longue bouffée sur sa cigarette électronique et s’enveloppe d’un épais nuage de vapeur). Contrairement aux idées reçues, mon image moderne n’a pas été créée par Coca-Cola lors de la célèbre campagne publicitaire de 1931. Dès 1823, un pasteur américain, Clement Clarke Moore, me décrit sous ma forme actuelle dans son conte « La nuit avant Noël » : la barbe blanche, le traîneau tiré par des rennes, la descente périlleuse par le conduit de la cheminée, c’est lui. Et je suis déjà représenté avec mon manteau rouge dès la fin du XIXe siècle !
(Il s’emporte) Alors oui, j’ai fait quelques photos pour Coca, je ne vais pas non plus m’en excuser pendant 1000 ans ! Rassurez-vous, je préfère largement un verre de Côtes-du-rhône à un verre de Coca !

Saucisson Magazine : Nous tenions à vous faire un cadeau : le Kit du membre officiel de la FFA. On vous fait souvent des cadeaux ?
(Visiblement ému). Jamais… On dit souvent que les cordonniers sont les plus mal chaussés…  Hélas, le Père Noël n’a pas de Père Noël…
Les yeux embués, le Père Noël ouvre le Kit du membre officiel. Il découvre le saucisson d’Ardèche, les sous-bocks, le sac FFA, les autocollants et la fameuse carte de membre personnalisable.
Il nous ressert un verre, reprend ses esprits et lance, tonitruant : Joyeux apéritif et Joyeux Noël à tous les lecteurs de ‘’Saucisson Magazine’’ !

Pour suivre l’actualité brûlante de l’apéritif, abonnez à « SAUCISSON MAGAZINE », la newsletter de qualité de la FFA.


Publié le

Le saucisson au couteau d’Emmanuel CHAVASSIEUX

Du cochon d’Auvergne haché au couteau, pas de sel nitrité, pas d’intrants chimiques, zéro conservateur… nous vous proposons dans nos supérettes apéritives du 10e et du 17e les salaisons d’exception d’Emmanuel Chavassieux. Deux beaux produits disponibles à ce jour : le saucisson nature et la saucisse sèche aux câpres.

 « Il était jeune, il était beau, il sentait bon le saucisson chaud… mon légionnaire… ».

Si nous nous permettons de réinterpréter à notre sauc’ cette chanson de Serge Gainsbourg c’est parce que c’est à la Légion Etrangère que le jeune Emmanuel Chavassieux a développé sa passion pour les couteaux, à 18 ans.

L’histoire ne dit pas s’il mettait ses ennemis en charpie, façon saucisse.

Plusieurs décennies plus tard, Chavassieux parvient à rassembler ses deux passions, la coutellerie et la salaison, dans son atelier de Saint-Romain-Lachalm en Haute-Loire.

Nous sommes très heureux de vous faire découvrir le fruit de son travail à la FFA qui se résume, au fond, à peu de choses : des cochons d’Auvergne, du sel de Millac, des épices de qualité, un peu de vin naturel et rien de plus !

Et pour suivre l’actualité brûlante de l’apéritif, abonnez à « SAUCISSON MAGAZINE », la newsletter de qualité de la FFA.


Publié le

La Bretagne va-t-elle avoir son emoji ?

L’association .bzh milite depuis plusieurs mois pour la création d’un emoji représentant le Gwenn ha Du, le drapeau breton. Son fondateur, Matthieu Crédou, part la semaine prochaine à San Francisco pour convaincre les géants de la Silicon Valley : Facebook, Google…

On ne sait pas si Mark Zuckerberg aime le Chouchen et l’eau de mer à 17°C, en tous cas nous serons ravis d’utiliser cet emoji lors de nos prochains posts dédiés à cette magnifique région apéritive.

Et si vous souhaitez découvrir notre gamme de T-Shirts fabriqués en Bretagne par Armor Lux c’est ici : https://www.ffaperitif.com/boutique/

KENAVO !


 

Publié le

LE PALMARÈS DU PREMIER MONDIAL DU SAUCISSON ENFIN DÉVOILÉ !

Nous ne savons pas encore ce que vont donner les Bleus à la Coupe du Monde, mais nous avons enfin le palmarès du Mondial du saucisson, dévoilé hier.

L’événement s’est tenu les 9 et 10 juin dans le village de Vanosc, en Ardèche, et a accueilli plus de 12 000 personnes. C’est un vrai succès.

200 échantillons, provenant de 13 pays, ont été goûtés par le jury.

Si on estime que le jury s’envoie un ballon de rouge toutes les 10 tranches de saucisson, on comprend mieux pourquoi le palmarès a été donné 4 jours après la fin de la compétition.

Voici les 9 lauréats ayant obtenu la plus haute distinction : la médaille de vermeil.

(Il n’y a pas de classement, mais des distinctions : vermeil, argent et bronze)

  • VIAU – Saint Michel de Chabrillanoux – Ardèche
  • ANDREUCCI – Corse
  • GAEC du SARDIER – Lafarre – Ardèche
  • LOUSTAU – Gans – Gironde
  • Boucherie VERT – Boulieu-Lès-Annonay – Ardèche
  • Nicolas et Fils – Solignac-sur-Loire – Haute-Loire
  • Boucherie LAFONT – Le Lac-d’Issarlès – Ardèche
  • I SALAM D’GIORS – Macello – Italie
  • ANDREUCCI – Corse

On retient que 4 saucissons ardéchois se classent parmi les 9.

Sans surprise, deux saucissons corses (tous deux signés Andreucci) font également partie du Top.

1 saucisson italien est également récompensé. Comme quoi, on peut tout à fait ne pas se qualifier pour la Coupe du Monde de Foot et avoir un saucisson parmi les meilleurs de la planète.

Notons que le saucisson TEYSSIER, fabriqué à Saint-Agrève en Ardèche et vendu seulement 5€ à la FFA décroche une très belle médaille de Bronze.

Pour voir le classement complet : https://bit.ly/2MpABgF

Publié le

VERS UNE PÉNURIE DE ROSÉ CET ÉTÉ ?

C’est un scénario apocalyptique que nous dressent plusieurs grands journaux depuis quelques jours : y’aura peut-être pas de rosé pour tout le monde cet été.

On imagine alors des hordes de Français en plein mois d’août, hagards, l’espadrille traînante tels les zombies de Walking Dead, à l’affût de la moindre goutte de Côtes-de- Provence.

La faute à une petite récolte en 2017 et à un boom de la consommation hexagonale (+ 31% en 15 ans) et internationale (multipliée par 6.5 en dix ans).

Autant vous dire que nous faisons des réserves à la FFA. Nous envisageons la construction d’un abri antiatomique rempli de caisses de notre excellent Domaine des Gravennes, « Les Frangins ».

Bonne chance ! La FFA sera là pour vous !

Nous vous attendons dans nos supérettes apéritives au 2 rue de Paradis (Paris 10) et au 50 rue des Dames (Paris 17)

Source – Le Figaro : https://bit.ly/2KAzxoA

Publié le

LE CAMEMBERT DE NORMANDIE AU LAIT CRU POURRAIT BIEN DISPARAÎTRE !

Le mardi 15 mai 2018, des Chefs étoilés ont signé une tribune dans Libération pour soutenir l’action de l’association « Fromages de Terroirs » défendant l’AOP Camembert de Normandie au lait cru et moulé à la louche.

Parmi eux : Sébastien et Michel BRAS, Anne-Sophie PIC, Michel et César TROISGROS… https://bit.ly/2GhNEwg

Un accord a en effet été passé entre tous les fabricants pour intégrer la pasteurisation dans le cahier des charges de l’AOP « Camembert de Normandie ».

Cet accord déstabilise immanquablement la filière artisanale qui ne sera plus la seule à pouvoir se prévaloir de cette AOP, désormais ouverte aux industriels et aux fromages pasteurisés.

Pour soutenir Le Camembert de Normandie AOP au lait cru et moulé à la louche, vous pouvez signer la pétition de « Fromages de Terroirs » : https://bit.ly/2wHPcAo

Liberté, Egalité, Camembert !

Publié le

Selon une étude scientifique, le fromage serait bon pour le cœur

A l’institut de Recherche pour l’Apéritif (IRPA) nous avons repéré Lacy Alexander et W.Larry Kenney, deux chercheurs au Département de Kinésiologie de la Pennsylvania State University, qui font des recherches sur les bienfaits du fromage.

On ne sait pas dans le cursus scientifique à quel moment t’as le choix entre « chimie nucléaire » et « fromage » mais eux en tous cas ne se sont pas trompés.

D’après eux, le fromage aurait un effet positif sur le système cardiovasculaire et la pression sanguine. Mais quand on lit l’article de plus près on se rend compte qu’en fait c’est peut-être pas sûr.

Les deux veinards n’ont en effet pas intérêt à trouver trop vite  pour continuer à se taper du munster au labo aux frais de la princesse, et on les comprend.

Pour en savoir plus, cliquez ici

En attendant les conclusions, passez à la FFA découvrir notre Sire de Créquy, un fromage au lait de vache affiné deux jours dans la bière! A votre santé!

Publié le

La FFA présente : la planche apéritive à emporter !

Plus besoin de courir chez le charcutier, le traiteur et le fromager, de se faire découper 4 tranches de ci et 100g de ça… la Fédération Française de l’Apéritif a réuni tout ce qu’il faut pour l’apéro dans sa planche a emporter :
  • Des tranches de  saucisson sec du Cantal, pas trop gras, en tranches bien fines.
  • Du jambon blanc du Cantal, un vrai jambon cuit à l’ancienne avec le goût de celui de notre enfance.
  • Du jambon cru du Cantal, sans aucun autre conservateur qu’un peu de sel.
  • Notre comté fruité du Doubs, affiné 18 mois. On l’achète par meule entière de 40 kilos !
  • Du chèvre cendré d’Anjou, quelques cornichons et le beurre “cornichons-ciboulette” de la FFA.
Tous ces produits sont artisanaux et achetés directement à des producteurs français.
Disponible en 2 tailles : 3/4 ou 6/8 personnes (format 12/15 personnes disponible également sur commande).

 

Idéale pour un apéritif entre amis à la maison, une soirée télé avec les copains, le pot de départ d’un collègue.

 

Notre planche de charcuteries et fromages a été élue “meilleure planche de paris” selon le dernier sondage réalisé par l’ISCA (Institut de Sondages à Caractères Apéritifs).
Publié le

5 trucs à savoir sur le vin au Moyen-Âge

– Avant le XIe siècle, on ne buvait que du vin blanc, il faut attendre le XIIe siècle pour enfin avoir un bon verre de rouquin.

– Le vin était très acide. Les vignerons avaient peur que le raisin pourrisse et ils récoltaient les grappes encore vertes.

– Le vin était tellement dégueulasse que les gens le coupaient à l’eau et mettaient plein de trucs dedans : des plantes, des fruits, des épices…

– Au Moyen-Âge, on buvait plus de vin que d’eau afin d’éviter les maladies. Tout le monde en buvait, parents et enfants.

– On buvait à la bouteille ou on se partageait le même gobelet. Dans les dîners, seul le roi avait son verre perso pour éviter l’empoisonnement.  Les autres convives buvaient dans le même verre.

Heureusement nous avons fait des progrès depuis et pleins de belles quilles n’attendent que vous à la FFA.

Pour en savoir plus, nous vous conseillons cet excellent blog très intéressant et très drôle : « Raconte-moi l’Histoire ».

Publié le

Le site de la FFA (Fédération Française de l’Apéritif) fait peau neuve! 

Bienvenue sur notre nouveau site, tout frais, comme doit se boire un bon verre de rosé.

Au menu :

La FFA

  • Le Manifeste : Découvrez les valeurs de notre Fédération;
  • La Supérette : Pourquoi choisir la Fédération Française de l’Apéritif pour votre apéro ? Où nous trouver ? Comment consommer ? Vous trouverez toutes les réponses à ces questions sur cette page;
  • La Gazette : Notre journal 100% dédié à l’apéritif;

La boutique en Ligne

Contact

  • Contactez-nous : Un producteur à nous recommander, une recette à partager, une question à nous poser ?